• Ri

CONNAISSANCE DE SOI, AUTOREFLÉXION ET ACCEPTATION DE SOI

Qui suis je? Où est-ce que j'appartiens ? Quels sont les endroits dans ce monde que je peux revendiquer pour moi-même. Des endroits où je peux briller, sans interruption. Des endroits où je peux respirer et être vraiment moi-même. Qui suis je?


La quête de la découverte de soi est la plus ancienne quête de notre histoire. Tout être humain au cours de sa vie aura à faire ce voyage.


La vérité est que nous sommes des êtres en constante évolution. Des cellules de notre corps au cœur de notre personnalité.

Se définir à souvent pour effet de se contraindre dans les limites du temps.


L'une des plus grandes idées fausses de l'humanité est de croire que nous sommes liés par le temps et l'espace. De plus, que nous sommes liés par notre passé, par notre environnement et par notre réputation.


Cependant, nous ne sommes pas définis par nos expériences. Ce ne sont que des choses que nous traversons. Libre à nous de s'en approprier et libre à nous de lâcher prise et d'évoluer à tout moment.


Nous sommes des énergies. Une énergie ne peut pas être confinée. Elle est libre de s'étendre, de s'installer ou d'évoluer.


En tant qu'êtres humains, nous devons savoir que nous n'avons pas une histoire qui nous définit. Nous avons beaucoup d'histoires. L'humanité est consubstantielle, de sortes a ce que si une chose arrivait à un frère à des milliers de kilomètres, elle pourrait, en quelques heures, arriver à chacun de nous, où que nous soyons dans ce monde.


Par conséquent, nous sommes des êtres illimités et pourtant interconnectés.


Qui suis je? Je suis l'esclave de mon créateur et la sœur de tous mes frères.

Est-ce que cela me définit assez ?


DÉFINIR NOTRE IDENTITÉ


Selon les experts, nos identités sont définies à travers deux spectres, et c'est seulement la somme de ces deux spectres qui conduit à une définition précise de celle-ci.


Votre identité est la somme de vos croyances relatives à qui vous êtes et à ce que la société vous qualifie.


En bref, votre vrai moi est la version de vous que vous connaissez et la version de vous que nous voyons.


J'apprécie beaucoup cette théorie car elle nous donne du recul. Nous sommes plus que ce que nous pensons être, et nous sommes plus que ce qu'ils pensent que nous sommes.


Cela brise également notre idée préconçue que nous sommes une définition limitée d'un être.


Quelle est ta version de toi, le sais-tu ?

Sommes-nous vraiment conscients de nous-mêmes ?


De plus, il existe une théorie selon laquelle nous sommes une version différente de nous-mêmes dans l'esprit de chaque humain avec lequel nous avons interagi.


Alors que la définition précédente est liée à notre identité sociale et à notre identification sociale ; cette théorie nous donne une portée plus profonde de la notion en constante évolution de l'identité.


Est-ce que je vous rends confus ? C'était voulu.

À travers ces vérités universelles, je voulais vous montrer comment votre identité, si elle vous façonne entièrement et vous enracine dans ce monde, est aussi un concept que nous ne pouvons pas entièrement délimiter.


Peu importe qui vous pensez être, vous serez toujours perçu comme autre chose dans l'esprit de quelqu'un. Plus vite vous l'acceptez, plus vite vous pouvez aller de l'avant et devenir votre vrai moi, peut importe ce que cela signifie pour vous.


Plus encore, cela nous permet d'acquérir un sentiment d'appartenance et de façonner notre image de soi. Souvent, nous avons tendance à voir des adultes cherchant désespérément attention et validation.


À l'ère des médias sociaux, ce type de comportement devient de plus en plus fréquent.

Ce dont ils ont vraiment envie, c'est le besoin d'appartenance. Le besoin de s'identifier. Être compris, être vu, exister.


Ce que je trouve malheureux, c'est qu'en grandissant, beaucoup d'entre nous n'ont pas eu l'épanouissement émotionnel nécessaire pour développer pleinement notre identité.


Pour la plupart d'entre nous, grandissant, au lieu de recevoir les outils nous permettant de s'auto- identifier, nous avons plutôt été dicter qui nous étions.


Un jeune garçon triste entendrait de son adulte : « Ne pleure pas, les hommes ne pleurent pas. Par conséquent, il vivra toute sa vie en se déconnectant de ses émotions, n'affichant que des attributs « virils » qui se traduisent souvent par une colère totale ou de simples frustrations.


Une belle personne de couleur entendrait : « Oh tu n'es pas comme les autres ; tu es vraiment belle pour un ____"


Une personne de couleur passionnée entendrait : « pourquoi êtes-vous si bruyant ? »


Et cela continue encore et encore, beaucoup de gens se retrouveront piégés dans des étiquettes et des boîtes qui correspondent à un aspect de leur identité, se l'appropriant et oubliant que si les étiquettes sont une construction sociale, votre identité ne l'est pas (seulement).


Je ne suis pas là pour vous dire comment vous définir, mais je souhaite que vous ayez tous les outils nécessaires pour le faire sans juger votre propre lumière ni vous approprier une identité qui ne vous convient pas.


Pour y parvenir en tant qu'adulte, vous devez travailler sur votre conscience de vous-même. La conscience de soi est la plus grande capacité de l'humanité, elle nous permet de nous concentrer sur nous-mêmes et de déterminer comment nos actions et nos sentiments s'alignent sur nos normes intérieures ou notre environnement. C'est le meilleur outil pour vous aider à atteindre votre moi supérieur et naviguer pacifiquement dans le monde.


C'est quelque chose qui demande de la pratique et de l'adaptabilité. Cela demande aussi une grande humilité, mais c'est certainement quelque chose que vous pouvez cultiver à n'importe quel moment de votre vie.


La conscience de soi a été définie pour la première fois par Shelley Duval et Robert Wicklund (1972), ils ont noté que « lorsque nous concentrons notre attention sur nous-mêmes, nous évaluons et comparons notre comportement actuel à nos normes et valeurs internes. Nous devenons conscients de nous-mêmes en tant qu'évaluateurs objectifs de nous-mêmes. »


Fondamentalement, cultiver votre conscience de soi vous permet de dissocier et corriger vos normes intérieures et les valeurs fondamentales inculquer par les différents environnements qui vous entourent. Vous vous souvenez plus tôt quand j'ai dit que nous sommes les fruits de notre environnement ?


Et bien, c'est le domaine en nous dans lequel la conscience de soi devient un outil nécessaire.

Selon Tasha Eurish, chercheuse et psychologue organisationnelle, il existe deux catégories de conscience de soi : la conscience de soi interne et la conscience de soi externe.

La conscience de soi interne est la façon dont vous voyez clairement vos valeurs, vos passions et vos aspirations, et à quel point ces normes correspondent à votre environnement et à vos réactions (qui incluent les pensées, les sentiments, les comportements, les forces et les faiblesses)

La conscience de soi externe, en revanche, est la capacité de voir clairement comment les autres vous voient.


En conclusion, maîtriser votre conscience de soi vous aidera non seulement à définir votre identité mais aussi ; Il vous fournira les outils nécessaires pour bien évoluer en faisant les ajustements nécessaires en vous-même et dans votre environnement afin d'être toujours la meilleure version de vous-même à tout moment.


RECONNECTER AVEC VOTRE ENFANT INTÉRIEUR & NAVIGUER DANS NOTRE ENVIRONNEMENT (FAMILLE, AUTRES SIGNIFICATIFS & AMIS)


Nous sommes tous porteurs de diverses formes de traumatismes que nous nous déversons les uns sur les autres. Beaucoup d'entre nous portent ces traumatismes depuis l'enfance. Un traumatisme ou un événement traumatisant est un incident qui provoque des préjudice émotionnel, spirituel ou psychologique. Les personnes qui vit l'événement pénible peuvent se sentir physiquement menacés ou extrêmement effrayés en conséquence. Dans un sens, les personnes entreront dans un état d'esprit de « mode de survie » jusqu'à ce qu'ils guérissent ou trouvent un moyen de faire face au traumatisme.


Pour être honnête, presque tout ce qui s'est passé dans nos vies, notre être fondamental et notre réponse à chaque situation à laquelle nous sommes confrontés, découle de notre enfance.


Je partagerai un extrait du livre : « Les quatre accords », de Don Miguel Ruiz pour mieux illustrer l'idée que j'essaie de véhiculer :

« J'appelle ce processus la domestication de l'homme. Et à travers cette domestication, nous apprenons à vivre et à rêver. (...) Les enfants sont domestiqués de la même manière que nous domestiquons un chien, un chat ou tout autre animal. pour enseigner un chien, nous punissons le chien et nous lui donnons des récompenses. Nous éduquons nos enfants que nous aimons tant de la même manière que nous éduquons n'importe quel animal domestique : avec un système de punition et de récompense. un bon garçon " ou " tu es une bonne fille ", quand on fait ce que maman et papa veulent qu'on fasse. Quand on ne le fait pas, on est " une mauvaise fille " ou un " mauvais garçon ". Quand on est contre les règles, nous avons été punis; lorsque nous avons suivi les règles, nous avons obtenu une récompense. Nous avons été punis plusieurs fois par jour, et nous avons également été récompensés plusieurs fois par jour. Bientôt nous avons eu peur d'être punis et aussi peur de ne pas recevoir les récompenses. La récompense est l'attention que nous avons reçue de nos parents ou d'autres personnes comme les frères et sœurs, les enseignants et les amis. Nous développons rapidement un besoin d'accrocher l'attention d'autres personnes afin d'obtenir des récompenses. (...) nous commençons à faire semblant d'être ce que nous ne sommes pas, juste pour plaire aux autres, juste pour être assez bien pour quelqu'un d'autre. »


En effet, étant le fruit de notre environnement, nous devenons programmés dès notre naissance dans ce monde. Notre identité nous est donnée bien avant que nous "devenions".


Dans le cas des enfants qui ont souffert d'une enfance difficile, au cours du processus de formation de leur identité, ils subissent également des traumatismes affectant leur identité fondamentale et modifiant leur perception du monde. Dans de nombreux cas, ce sont aujourd'hui les adultes que nous voyons lutter pour développer leur conscience de soi.


À tous ceux-là, je parlerais de l'importance de l'autoréflexion. La réflexion est importante, chacun devrait prendre le temps de réfléchir sur son moi profond. Les adultes ont tendance à vivre leur vie à travers des schémas, mais la plupart de ces schémas ont un début et peuvent avoir une fin.


La plupart de ces modèles sont hérités, l'auto-réflexion nous permet de plonger en nous-mêmes, d'examiner ces modèles et de réfléchir à leurs sources. Suis-je comme je suis parce que j'ai choisi de devenir ainsi ? Ou m'a-t-on dit que cette façon était la bonne? Est-ce que je me sens bien dans ma peau de vivre ma vie selon ce modèle ? Y a-t-il quelque chose que je puisse faire à ce sujet? Y a-t-il quelque chose que j'aimerais pouvoir faire à ce sujet ? Y a-t-il quelque chose que je veux faire à ce sujet ?


Ce que j'ai personnellement appris depuis mon plus jeune âge, c'est ceci :

"Pour construire, il faut détruire."


Pour faire court, si appliqué à ce cas, afin de construire un fort sentiment de conscience de soi, vous devez d'abord intégrer de nouvelles façons de penser dans votre esprit. Afin d'intégrer ces nouvelles façons de penser, vous devez d'abord vous débarrasser des anciennes méthodes, en les évaluant, en guérissant de ce dont vous avez besoin d'être guéri et en vous débarrassant de tout le reste.


Il existe de nombreux exemples de situations où vous pouvez percevoir un besoin de réévaluer votre ancienne façon de penser, permettez-moi de partager avec vous un problème personnel auquel j'étais confrontée et comment je l'ai traitée :


J'ai récemment été confrontée à des situations où j'ai remarqué que certaines personnes se retenaient de me complimenter parce qu'elles détestent que je valide leurs compliments au lieu de simplement les remercier. Il est assez fascinant que les gens se sentent irrités que vous connaissiez votre valeur et ne vous fiez pas à leurs compliments pour pouvoir l'observer.


« Tu es intelligente », « Oui, je le sais parce que je travaille très dur quotidiennement pour améliorer mes connaissances », « Tu es belle » « Oui je sais que je le suis parce que j'ai travaillée très dur sur ma présentation aujourd'hui » Si vous percevez mes réponses comme un excès de confiance, est-ce vraiment moi qui suis trop confiante ou vous qui manquez d'assurance parce que mes réponses reflètent clairement vos compliments ?


Ce que je veux dire, c'est que vous êtes libre de croire ce que vous voulez et d'utiliser vos mots de la manière qui correspond le mieux à votre perception du monde. Mais s'il vous plaît, n'entrez pas dans ma perception et visez à en être le personnage principal.


Cependant, si vous avez l'intention d'être un personnage principal dans la vie d'autrui.

Leur source de bonheur, la raison pour laquelle ils réalisent leur valeur, assurez-vous de faire le travail intérieur nécessaire pour comprendre qu'un compliment n'est que le partage d'une opinion non désirée. La vôtre. Elle n'a pas besoin d'être prise en consideration.


Un compliment pour vous peut être une insulte pour quelqu'un d'autre. Vous pourriez rencontrer des personnes vivant dans leur moi inférieur, qui ont besoin d'être rassurées et choisir de faire connaître votre opinion afin qu'elles puissent se réévaluer et voir la beauté que vous voyez en elles ou vous pourriez rencontrer des personnes vivant dans leur moi supérieur (consciente de soi), qui choisissent de simplement valider votre opinion.


Dans tous les cas, vous partagez un avis non sollicité pris en considération par le destinataire. Par conséquent, retenir les compliments parce que vous n'aimez pas la façon dont l'autre personne y répond. est juste stupide et méchant.


Au mieux, vous avez empêché quelqu'un de divertir votre ego, au pire, vous lui priver d'une chance de faire en sorte que les efforts de quelqu'un se sentent remarqués.


Je ne saurais trop insister sur l'importance de la conscience de soi. Être conscient de soi est la capacité de naviguer dans ce monde en sachant que notre liberté commence là où commence la liberté d'un autre. C'est savoir que la seule chose que nous pouvons vraiment contrôler dans ce monde, c'est nous-mêmes à travers notre esprit, concernant tout le reste nous n'en possédons aucune propriété. Même de notre propre esprit nous ne pourrons jamais pleinement en maîtriser le contrôle.


Être conscient de soi, c'est comprendre le mode de fonctionnement de notre ego, la bataille la plus difficile à laquelle nous aurons jamais à faire face dans cette vie est et sera toujours la lutte contre notre ego. Une fois que vous aurez compris cela, vos vies deviendront instantanément plus faciles (surtout moins frustrantes).


« Du point de vue de nombreux psychologues modernes », l'ego « peut être considéré comme le point culminant de trois composantes de la psyché humaine : la vision qu'un individu a de lui-même (image de soi), la valeur qu'il accorde à lui-même ( -estime de soi) et les nombreuses croyances, idéologies et affiliations qu'un individu détient (identité de soi). Ce sentiment de soi nous aide à classer et à quantifier notre réalité, et peut affecter nos pensées à la fois dans le moment et dans la mémoire. Par conséquent, l'ego peut servir de gardien de la conscience, n'admettant dans la conscience que les pensées qui se conforment à notre image de soi. »

_ Jeff Lebowe "Mort de l'ego"


La façon la plus simple que je pourrais expliquer comment le maîtriser, c'est par la religion. Selon la religion, le péché originel est le péché d'arrogance d'Iblis. Lorsque Dieu créa Adam et demanda à sa création de prosterner face a celui ci, l'ego d'Iblis ne le permit pas.

À travers cette histoire et l'ensemble des livres saints, vous apprenez à quel point il est nécessaire d'éviter que votre ego ne domine votre esprit.

Si vous n'êtes pas une personne religieuse, une autre façon d'apprendre à maîtriser votre propre ego est l'introspection.